4 trucs pour optimiser le rapport qualité/prix des diagnostics


Le jeudi 17 juillet 2014 | Publi-reportage - Sites pour les professionnels
4 trucs pour optimiser le rapport qualité/prix des diagnostics

Face à la multiplication des normes immobilières, le nombre de diagnostiqueurs a explosé ces dernières années. Résultat : ce métier jouit d’une image sulfureuse auprès des vendeurs-bailleurs, mais aussi auprès des agents qui ont tendance à considérer les DPE et autres diagnostics amiante, plomb ou termites comme une contrainte inutile et chronophage. A tort, car en réalité, quand ils sont réalisés dans les règles de l’art, les rapports des diagnostiqueurs apportent une véritable valeur ajoutée au négociateur. Coralie Hequet de touslesdiagnostics.com offre ses conseils pour éviter les pièges et aider les agences à faire appel aux meilleurs diagnostiqueurs pour leurs clients. 


1- Vérifiez que le diagnostiqueur est assuré et certifié

Certains professionnels officient sans certification de type AFNOR ou Veritas ni attestation d’assurance. Le problème : les rapports qu’ils produisent risquent de ne pas être recevables chez le notaire. Demandez donc systématiquement des justificatifs en cours de validité avant de vous engager. "Chaque type de diagnostics nécessite un certificat dédié", explique Coralie Hequet. Un diagnostiqueur habilité à réaliser un DPE par exemple ne sera pas forcément certifié pour les diagnostics gaz et électricité. 

2- Déplacez-vous sur place

"Réaliser  plusieurs diagnostics en moins d’une heure, c’est suspect", observe Coralie Hequet. Charge à vous de vérifier que le prestataire prend le temps de correctement prendre des mesures, faire des calculs, croiser les données, etc. "Le DPE est le plus demandé, c’est aussi le plus négligé", constate l’experte. Un diagnostiqueur est par exemple tenu de s’appuyer sur les 3 dernières factures d’électricité pour affiner son évaluation. Gare donc aux professionnels qui ne prennent même pas la peine de demander ces documents. 

3- Utilisez un comparateur

"Nous constatons une grande disparité de tarifs chez les diagnostiqueurs", explique Coralie Hequet. A la manière d’un Booking ou d’un Trivago,  Touslesdiagnostics.com sélectionne les professionnels puis compare et classe leurs prestations en fonction du prix. Concurrence oblige, "notre site permet de bénéficier de tarifs beaucoup plus avantageux que si les agents ou les particuliers contactaient nos partenaires en direct". Ce comparateur permet également de convenir de rendez-vous avec les professionnels, puisque la plateforme a accès à leurs agendas en ligne. "Leurs rapports sont remis sous 48 ou 72 heures afin de ne pas retarder la diffusion des annonces", ajoute Coralie Hequet.

4- Misez sur le DDT

Certes, il n’est pas obligatoire de présenter un dossier complet de diagnostics techniques (DDT) avant la signature du compromis. "Il est pourtant intéressant de ne pas attendre le dernier moment", suggère l’experte. Pour une question de coût tout d’abord : commander un pack complet permet de faire d’importantes économies d’échelles. A noter au passage que si la durée de validité d’un diagnostic expire dans le cadre d’un même mandat, il peut dans certains cas être renouvelé gratuitement. Le DDT est en outre un outil précieux pour l’agent immobilier dans ses discussions avec ses prospects. Un gage de confiance et de transparence en somme.  

Transférer cet article à un ami