Un bon flyer immo, c’est...


Par Calixte de Procé | le jeudi 18 avril 2019 | Réseaux - Franchise
Un bon flyer immo, c’est...

Malgré la digitalisation des techniques de communication, le flyer reste un outil incontournable pour les agents immobiliers. Néanmoins, certaines règles sont à respecter pour maximiser l’efficacité de la prospection papier. Tour d’horizon des bonnes pratiques à adopter pour se démarquer dans la boîte aux lettres. 

Un format adapté aux boîtes aux lettres 

« Nous travaillons beaucoup sur du 18x31 cm. C’est le format maximum autorisé par Mediapost, et il permet de sortir du lot grâce au volume », explique Gaël Patout, directeur de l’agence de communication Quintesis. Autres formats privilégiés : le A5 et les formats de correspondance, compatibles avec la taille des boîtes aux lettres. Quant aux brochures, elles peuvent avoir un intérêt lorsqu’un agent souhaite mettre en avant plusieurs biens à vendre ou vendus. Dernière astuce : glisser le prospectus dans une enveloppe. « Qu’il soit vierge ou adressé aux copropriétaires, le pli sera systématiquement ouvert. Cette technique maximise le taux de lecture d’un flyer », souligne Georges Boisis, directeur de l’agence Cornelius Communication. 

Un message différenciant

N’oubliez pas que le flyer reste un produit d’appel qui doit attirer les prospects dans votre agence immobilière. Pour tirer son épingle du jeu, misez sur les détails qui vous différencient de la concurrence. Pour Gaël Patout, « un bon flyer met en avant les éléments différenciants d’un bien, comme la qualité de l’emplacement, les services à proximité ou un élément de confort particulier ». Par ailleurs, évitez de surcharger votre support par des textes trop longs et travaillez vos accroches. « Le flyer immobilier peut très bien avoir un aspect teasing… L’inconnu génère plus facilement des appels », ajoute-t-il.

Un visuel qui suscite l’intérêt

Le choix des photos est déterminant dans la conception d’un flyer. « Privilégiez une photo bien faite d’un détail d’un bien plutôt qu’un visuel d’ensemble », conseille Gaël Patout. Première accroche, la photo doit interpeler et capter l’attention des prospects. « On attire par l’image, on intéresse par le texte. Le visuel n’a de sens que s’il est de très bonne qualité », ajoute Georges Boisis. Comme pour les textes, veillez à ne pas surcharger votre flyer d’images. Privilégiez une ou deux photos en grand format seulement. Police, couleurs, logo… toute la charte graphique doit être à l’image de l’agence.

A l’image de votre agence 

Privilégier les supports papiers avec une durée de vie importante comme le calendrier ou le disque de stationnement. « Un support original, c’est la quasi-certitude d’avoir une pièce promotionnelle qui va rester au domicile des prospects », estime Georges Boisis. Par ailleurs, laqualité du papier ne doit pas être négligée : si un grammage faible (environ 115g) permettra au flyer d’être plié, un papier à grammage élevé (entre 170 et 200g) augmentera la durée de vie de votre document et, surtout, vous démarquera. Enfin, n’hésitez pas à vous inspirer de l’actualité pour communiquer : la nouvelle année, la rentrée scolaire… 

Transférer cet article à un ami