Paroles d’agent : « Dans notre profession, les plus sérieux payent pour les erreurs des autres », Isabelle Scolaro, L’Art de l’immobilier 31


Le lundi 12 mai 2014 | Réseaux-Franchise
Paroles d’agent : « Dans notre profession, les plus sérieux payent pour les erreurs des autres », Isabelle Scolaro, L’Art de l’immobilier 31 - D.R.

 

Depuis ses premiers pas en tant qu’agent immobilier, Isabelle Scolaro, gérante de L’Art de l’immobilier 31 et experte en valeur vénale, s’attache à redonner ses lettres de noblesse aux professions immobilières. Un combat difficile qu’elle mène avec ténacité depuis 14 ans.

Isabelle Scolaro fait partie des agents immobiliers qui se sont lancés dans cette profession par passion. Quatorze ans après, son engagement n’a pas pris une ride. Il s’est même affirmé à mesure que sa profession a été décriée. « Mes clients ont tous vécu une expérience décevante avec un agent immobilier. Or, dans notre profession, les plus sérieux payent pour les erreurs des autres », regrette-t-elle. Pour affirmer son expertise et se positionner en tant que partenaire des porteurs de projets, Isabelle Scolaro a décidé de retourner sur les bancs de l’école. « Je m’apprête à reprendre mes études pour décrocher une Licence en droit, afin, primo, de créer un département de gestion à Aussonne, au sein d’une de mes deux agences de l’ouest de Toulouse et, secundo, de répondre aux questions de plus en plus pointues, des propriétaires bailleurs, dépassés par les nouvelles lois », précise-t-elle. A ses yeux, c’est ce type d’initiatives qui peuvent permettre aux agents de regagner la confiance des particuliers. Le gouvernement a, lui aussi, son rôle à jouer. « Il est nécessaire de recadrer l’activité des professionnels de l’immobilier. Je pense qu’unifier les honoraires des agences et des notaires à partir de barèmes est une bonne piste », confie-t-elle.

Un rôle clé d’accompagnement

Sans être du pain béni, la conjoncture économique constitue, pour Isabelle Scolaro, une opportunité de remettre à plat ses méthodes de travail et de valoriser son expertise immobilière. « Mon activité n’a pas diminué depuis le début de la crise, en 2008. Toutefois, les délais de transaction se sont allongés puisque nous devons, par exemple, relancer les banquiers sur les dossiers de financement. Comme aujourd’hui, aucun dossier n’est dénué de complexité, notre rôle de conseil est plus que jamais primordial », estime-t-elle. Pour véhiculer une image professionnelle de son équipe composée de cinq collaborateurs, la gérante s’appuie sur un site web vitrine qui présente ses domaines de spécialisation, notamment son expertise en valeur vénale. « C’est un support, que nous avons optimisé pour une navigation sur ordinateur, tablette et mobile et qui nous permet, grâce à un niveau de détail élevé, de rassurer nos potentiels clients », explique-t-elle. En parallèle, Isabelle Scolaro s’est emparée des réseaux sociaux, qui lui assurent une bonne visibilité. « Facebook et Twitter nous permettent non seulement de redorer notre image mais aussi de diffuser du contenu sur les biens que nous avons en vente », conclut-elle.

 

Aurélie Tachot

Transférer cet article à un ami