"Rent est pour les entreprises du Québec une occasion unique d'échanger avec les acteurs européens" J.M. Welsch


Par Stéphanie Marpinard | le vendredi 25 octobre 2013 | Réseaux - Franchise
"Rent est pour les entreprises du Québec une occasion unique d'échanger avec les acteurs européens" J.M. Welsch

Organisée les 5 et 6 novembre prochains au Palais Brongniart, à Paris, la première édition du salon Rent, Real Estate & New Technologies, donnera une large place à l’international avec la présence du Canada, de la Belgique et de la Suisse. A moins d’un mois de l’évènement, Jean-Marc Welsch, initiateur de la délégation d’entreprises venues du Québec nous présente les enjeux de la manifestation.

Pourquoi est-il important pour le Québec d’être présent sur le salon Rent ?

Ce salon, qui a pour objectif de rapprocher les professionnels du secteur de l’immobilier et le secteur des nouvelles technologies, est pour nous une occasion unique de rentrer en contact avec les acteurs du marché européen afin de découvrir s’il est possible ou non d’adapter nos produits à ce marché.

Quel type d’entreprises sera présent sur le salon ?

Ce sont toutes des entreprises du secteur des logiciels spécialisés dans l’immobilier. On pourra retrouver des entreprises comme JLR, premier fournisseur de données immobilières au Québec ; Opus 44, start-up spécialisée dans l’agrégation de données immobilières ; Otonom Solution qui propose des solutions de paiement connectées à toutes les banques et de prélèvement bancaire ; BonjourImmo.TV, Web TV dédiée à l’immobilier ; ou encore ImmoPad qui fait des états des lieux numériques. Des entreprises québécoises pourront également intervenir lors des conférences afin de présenter leur vision nord-américaine d’une agence immobilière.

Quelles sont aujourd’hui les grandes tendances de l’immobilier au Québec ?

Je pense que l’immobilier au Québec, comme ailleurs dans le monde, est probablement au seuil d'une rupture technologique qui risque de bouleverser les comportements et les métiers de l'immobilier. Internet modifie profondément les comportements; et on voit apparaître sur le marché beaucoup de nouveaux outils qui apportent de plus en plus d’informations au grand public. Les professionnels de l’immobilier sont donc aujourd’hui de plus en plus à l’affût des nouvelles technologies et des nouveaux produits.

Quelles sont les principales différences entre le marché immobilier français et québécois ?

La principale différence est que le marché québécois est organisé autour d’un MLS qui est un regroupement des professionnels. Dès qu’une offre immobilière entre chez un professionnel, celle-ci est partagée par tout le réseau des professionnels. Un système très structuré et quantifié permet ensuite de répartir la commission entre celui qui a rentré le mandat et celui qui a vendu. Contrairement à un agent immobilier français, il paraîtra aberrant pour un Québécois ou un Nord-Américain de ne pas avoir de mandat exclusif. Malgré cela, près de la moitié des transactions, si l'on inclut les ventes de neuf, ne passe pas par les courtiers immobiliers mais par la vente de particuliers à particuliers.

Pour plus en savoir plus sur le salon Rent et pour réserver sa place : www.realnewtech.com

Transférer cet article à un ami