L'emploi dans l'immobilier en 2013 ?


Par Stéphanie Marpinard | le lundi 10 juin 2013 | Réseaux - Franchise
L'emploi dans l'immobilier en 2013 ?

La hausse des prix, l’environnement économique général et les incertitudes fiscales ont provoqué un blocage du marché de l’immobilier. Cette forte contraction a eu, en 2013, de lourdes conséquences sur le secteur de l’emploi dans l’immobilier. Mais si certains métiers liés à la commercialisation subissent la crise de plein fouet, d’autres professions, certes moins importantes en termes d’effectifs, parviennent tout de même à se maintenir… Etat des lieux.

"Les trois secteurs traditionnels de l’immobilier que sont la promotion immobilière, la vente immobilière et l’administration de biens représentent aujourd’hui l’essentiel des effectifs de l’immobilier. En cumulant ces trois secteurs, on constate en 2013 une très forte baisse des recrutements", analyse Laurent Derote, directeur immobilier et construction au sein du cabinet de recrutement Hudson.

Commercialisation : un secteur particulièrement touché

Avec un recul important du nombre de transactions sur les logements anciens en France, la profession de négociateur immobilier est aujourd’hui la plus touchée. En 2012, la Fnaim annonçait déjà la fermeture de 3 000 agences et la suppression de 10 000 emplois dans la transaction immobilière. "Seuls les agents immobiliers basés sur Paris, la petite couronne parisienne et dans un certain nombre de grandes agglomérations, semblent aujourd’hui encore épargnés", précise Laurent Derote. Parmi les autres professions les plus touchées, on retrouve celle de promoteur immobilier qui subit également le blocage du marché. 

Les postes et profils les plus recherchés…

En administration de biens, le gestionnaire de copropriété reste encore une fonction très recherchée partout en France, tout comme le gestionnaire locatif. Malgré une chute des ventes et de la commercialisation, la promotion immobilière est toujours en recherche d’experts, en particulier au sud de la Loire, pour des postes de responsables de programmes, responsables de développement, directeurs de région ou encore directeurs d’agences. "Ces postes de niveau bac + 5 avec un profil confirmé sont certes moins importants en termes d’effectifs, mais encore très demandés par la promotion immobilière", souligne le directeur immobilier et construction. Après un retrait en 2011, l’immobilier du commerce et de la distribution semble s’être réveillé au premier trimestre avec une augmentation du nombre de missions enregistré par Hudson. Parmi celles-ci, on retrouve des postes de directeurs de centres commerciaux ou encore, des responsables expansion pour de grandes enseignes de la distribution, c’est-à-dire des professionnels qui recherchent des emplacements pour y implanter des boîtes commerciales.

Vers une reprise du marché de l’emploi en 2014

Selon Laurent Derote, l’année 2014 pourrait être une année de reprise pour le marché de l’immobilier : "Au même titre que la finance, l’immobilier est un secteur très anticipateur. Or, aujourd’hui, les besoins en termes de logements neufs ne sont pas satisfaits et une remise à niveau du parc de logements existant est nécessaire. Les perspectives d’avenir sont donc extrêmement favorables en termes de recrutement dans l’immobilier".

Transférer cet article à un ami