La baisse des prix ? Une illusion pour Century 21


Par Aurélie Tachot | le vendredi 11 septembre 2015 | Réseaux - Franchise
La baisse des prix ? Une illusion pour Century 21

La tendance des prix dans l’ancien est-elle à la hausse ou à la baisse en 2015 ? Ca dépend où l’on place le curseur, répond Century 21. A l’occasion d’une étude publiée dans le courant de l’été, le réseau d’agences immobilières dévoile que les prix des biens ont baissé d’une année sur l’autre, mais ont monté au cours du premier semestre… Explications.

C’est ce qu’on appelle des résultats en trompe l’œil. Une étude publiée début juillet par Century 21 confirme que les pourcentages doivent être maniés avec prudence ! En récoltant les données issues des promesses de vente de ses 850 agences, le réseau immobilier a dressé la 3e édition de sa carte interactive des prix. Une perception du marché de l’ancien – quasiment en temps réel – qui comporte plusieurs niveaux de lecture, explique Laurent Vimont, président de Century 21. "En observant les chiffres sur les douze derniers mois, on constate que les prix ont baissé de 2,6 % à l’échelle hexagonale. Toutefois, si l’on se concentre sur les tendances du premier semestre de l’année, l’analyse est différente : le prix moyen au m2 a enregistré une augmentation de 1,8 %", décrypte-t-il. Certaines régions illustrent parfaitement cette tendance. En Bourgogne par exemple, les prix ont baissé de 1,6 % en un an mais ont grimpé de 3,2 % ces six derniers mois. Idem en Aquitaine : après avoir chuté de 11,3 % par rapport au premier semestre 2014, les prix, dans l’ancien, ont augmenté de 0,8 % au cours des six premiers mois de 2015.

Vers une hausse des prix en fin d’année ?

Comme ses concurrents, Century 21 est unanime sur un point : le marché trouve un regain de dynamisme. Les taux de crédit, toujours aussi bas, permettent actuellement aux ménages les plus modestes de concrétiser leur projet immobilier. Entre le premier semestre 2014 et le premier semestre 2015, le nombre de transactions réalisées par le réseau a ainsi progressé de 15,2 %. Un pourcentage qui a même atteint la barre des 20 % en juillet et août. Cette tendance a toutefois des limites : l’accroissement de la demande conjuguée à la raréfaction de l’offre de biens a une incidence sur les prix. "Nous nous dirigeons, pour 2015, vers une nouvelle hausse des prix, même si elle sera vraisemblablement contenue", pressent Laurent Vimont. La région Alsace, qui jouit d’une forte attractivité du fait de sa proximité avec l’Allemagne, semble être la locomotive de cette hausse. Ces six derniers mois, les prix de ses biens ont augmenté de 13 %. Quoi qu’il en soit, l’avenir reste donc incertain sur le front de l’immobilier. "Une remontée brutale des taux de crédit pourrait donner un sérieux coup de frein aux projets d’acquisition des Français", conclut-il.

 

Transférer cet article à un ami