L’agence Wehome se bat contre les visites inutiles


Par Elodie Buzaud | le lundi 29 octobre 2018 | Réseaux - Franchise
L’agence Wehome se bat contre les visites inutiles

Depuis sa création en 2017, lagence immobilière en ligne Wehome, incubée à Station F, a déjà conclu une dizaine de ventes, séduit 40 vendeurs et organisé plus de 200 visites. Son crédo ? Détailler un maximum les annonces des biens afin d’éviter les visites inutiles. Les explications de Benoît Raulin, le co-fondateur.  

Comment définissez-vous Wehome ?

Wehome fait office de tiers de confiance dans la transaction. Nous sommes détenteurs de la carte professionnelle d’agent immobilier, mais nous n’avons pas d’agence physique. Mon associé Fabien Akunda et moi avons créé Wehome pour apporter de la confiance, de la transparence et de la simplicité aux étapes de la transaction d’un bien. L’idée principale, c’est de remettre le client au cœur de l’usage et d’éviter les visites inutiles. Concrètement, nous proposons des annonces hyper détaillées, un système de prise de rendez-vous en ligne qui permet à l’acheteur de caler un créneau pour visiter un appartement à n’importe quelle heure pour le lendemain, selon les disponibilités de nos équipes, le tout moyennant une commission fixe de 3 % par vente.

Comment procédez-vous ?

En plus de faire de la pige classique, nous avons mis en place un système d’apporteurs d’affaires. Nous redistribuons 33 % de la commission, soit l’équivalent de 1 % de la valeur totale du bien, à la personne qui nous rapporte une opportunité. Ensuite, nous signons un mandat en ligne. Nous nous rendons enfin chez le vendeur, avec un photographe. Nous faisons un plan et créons une annonce la plus détaillée possible. A chaque rendez-vous de visite pris sur le site, le propriétaire du bien est alerté en temps réel par mail. Après chaque visite, nous lui envoyons un compte-rendu. Ensuite, si l’acheteur le souhaite, il peut faire son offre directement en ligne et cette offre est notifiée au propriétaire par mail. Une fois l’offre acceptée, nous mettons en relation l’acheteur avec des banques, des assurances et des notaires si besoin. Sur les 200 visites que nous avons réalisées en un an, nous avons en moyenne une offre toutes les quatre visites.

Où en êtes-vous de votre développement ?

Depuis notre création en 2017, nous avons réalisé une dizaine de ventes et avons eu 40 appartements à vendre. Aujourd’hui, nous sommes une start-up financée sur fonds propres. Nous avons pour projet de recruter cinq négociateurs immobiliers d’ici à fin décembre 2018 pour nous aider à avoir plus d’appartements à vendre. Pour l’instant, nous sommes implantés uniquement à Paris, mais l’objectif, c’est évidemment de s’étendre dans les grandes villes d’ici fin 2019-2020. 

Transférer cet article à un ami