Cinq idées reçues sur les agents immobiliers


Par Aurélie Tachot | le vendredi 14 février 2014 | Réseaux - Franchise
Cinq idées reçues sur les agents immobiliers

Les professionnels de l’immobilier souffrent-ils vraiment d’une mauvaise image ? Les agences sont-elles réellement boycottées par les particuliers ? Une enquête menée en octobre dernier par l’IFOP pour le compte de la FNAIM va à contre-courant des idées reçues qui circulent sur les fonctions immobilières.

1 - Les agences sont boudées par les particuliers.

Alors que le marché immobilier se complexifie, l’opinion selon laquelle les professionnels n’ont pas de valeur ajoutée tend à disparaître… Dès qu’ils ont à résoudre un problème de logement, les Français sollicitent les services d’un agent immobilier bien avant ceux d’un notaire ou de tout autre expert, d’après l’enquête de l’IFOP réalisée en octobre 2013. Dans 55 % des cas, c’est pour mettre leur bien en location ou en gestion que les particuliers se tournent vers les agences. Les sondés s’adressent également aux professionnels pour vendre un bien (52 %) ou pour effectuer un achat (49 %).

2 - La confiance envers les agents s’effrite

Si l’image des agents immobiliers a été lourdement écornée ces dernières années, elle reste globalement satisfaisante. En tous cas aux yeux de ceux qui ont utilisé les services des agences et qui constituent l’échantillon représentatif de cette enquête initiée par la FNAIM ! D’après l’IFOP, 64 % des clients ont une bonne image des professionnels de l’immobilier. Mieux : quatre personnes sur cinq affirment faire confiance aux agents. Ils sont par ailleurs 80 % à se déclarer satisfaits de l’expertise des agences.

3 - Les attentes des particuliers n’évoluent pas

Au contraire, "les attentes des Français pour que nos services évoluent sont fortes", corrige Jean-François Buet, président de la Fnaim. Ce que l’enquête révèle de plus intéressant est la disparité entre les secteurs géographiques. La gestion des relations avec les locataires est une prestation plus attendue en province (27 %) qu’en région parisienne (17 %). En revanche, les personnes en quête d’un appartement en location sont plus demandeurs d’accompagnement en région parisienne (33 %) qu’en province (21 %).

4 - Internet remplace peu à peu les professionnels

Certes, les Français sont de plus en plus nombreux à effectuer des recherches de biens via les sites de petites annonces présents sur le web. Pour autant, peu considèrent que ces outils peuvent se substituer aux services d’un agent immobilier. Pour 73 % des sondés, Internet reste en effet complémentaire d’un contact avec un professionnel. A noter que cette perception varie selon la tranche d’âge des personnes interrogées : les 50-64 ans sont 25 % à considérer qu’Internet peut éclipser un professionnel, contre 31 % chez les 25-34 ans.

5 - Les sites web des agences sont peu consultés

Contrairement aux idées reçues, les sites internet des professionnels de l’immobilier font quasiment jeu égal avec les sites de mise en relation entre particuliers. Environ 47 % des sondés considèrent ce premier canal comme une source d’information sur l’état du marché immobilier. Lorsqu’ils souhaitent acheter ou louer un bien, les porteurs de projets privilégient, dans cet ordre, les sites de particuliers, les portails d’annonces et les sites d’agences. Les vitrines d’agences sont, quant à elles, plébiscitées par seulement 32 % des sondés.

 

Transférer cet article à un ami