Moral immobilier : les futurs acquéreurs commencent à douter


Par Stéphanie Marpinard | le mardi 12 décembre 2017 | Sites d'évaluation
Moral immobilier : les futurs acquéreurs commencent à douter

Après une année 2017 très florissante pour le marché de l’immobilier, l’état d’esprit des acquéreurs semble moins enthousiaste en cette fin d’année. C’est ce qui ressort de la 23e Vague de l’Observatoire du Moral Immobilier menée par Logic-Immo.com, dont les résultats ont été divulgués le 5 décembre dernier. Focus sur les raisons de cette incertitude et les prévisions pour l’année 2018.

Les futurs acquéreurs en plein doute ? "Malgré une intention d’achat relativement forte et dynamique en cette fin d’année, on ressent des hésitations au niveau du moral des acquéreurs", explique Stéphanie Pécault, responsable de cette étude menée en octobre dernier auprès d’un échantillon représentatif de 1 347 personnes ayant un projet d’acquisition d’un logement d’ici à 1 an. Ainsi, si 66 % des futurs acquéreurs estiment que c’est le moment d’acheter un bien, un quart d'entre eux émettent des réserves et 9 % estiment que le moment n'est pas favorable.

Quand prix et taux d’intérêt sèment le doute…

Avec 3 millions d’acquéreurs et 2 millions de vendeurs, le marché reste certes dynamique, mais le moral des candidats ne semble plus aussi inébranlable qu’il y a un an où l’optimisme avait atteint des records avec 84 % des sondés pensant que le moment était opportun pour acheter. Les raisons de cette hésitation ? "Elle s’explique en analysant les deux piliers du pouvoir d’achat immobilier que sont les prix et les taux d’intérêt", observe Stéphanie Pécault. Après la hausse des prix constatés en 2017, 47 % des acquéreurs espèrent encore une stabilisation, mais 42 % appréhendent une nouvelle augmentation et seulement 11 % espèrent un revirement de cette tendance haussière. L’autre motif d’hésitation est lié aux taux d’intérêt. "Il y a moins d’engouement pour les taux d’intérêt qu’il y a un an, même si 75 % des futurs acheteurs les trouvent encore attractifs, contre 87 % en 2016", souligne la responsable des études au sein de Logic-Immo. Les taux d’intérêt ne jouent ainsi plus un rôle de levier sur les intentions d’achats, mais sans pour autant encore entraver le passage à l’acte. "Le niveau des taux d’intérêt n’est désormais plus la raison numéro un de se lancer dans un projet immobilier comme cela était encore le cas l’année dernière", précise Stéphanie Pécault.  

Un bon début d’année 2018

Si le moral des acquéreurs apparaît en demi-teinte en cette fin d’année 2017, l’heure n’est pas encore au catastrophisme. "Le début d’année 2018 s’annonce comme dynamique mais avec des acquéreurs qui auront besoin d’être réassurés par rapport à leur pouvoir d’achat", rassure la responsable de l’étude. Ainsi, autre pilier du pouvoir d’achat immobilier, la perspective d'un recentrage de mesures de soutien comme le prêt à  taux zéro ou le Pinel incite certaines populations de candidats à l'accession à réagir. "On constate en cette fin d’année une accélération des projets pour les investisseurs locatifs et les primo-accédants dans le neuf", ajoute Stéphanie Pécault. Plus de 60 % se disent impactés par les modifications d’attribution de ces aides et 39 % envisagent d’accélérer leur projet afin de pouvoir encore bénéficier de ces mesures de soutien gouvernementales. Des intentions qui laissent ainsi présager une année 2018 encore très dynamique pour le neuf… 

Graphique 2 / Base (Oct. 2017): 1347personnes ayant un projet d'acquisition d'un logement d’ici à 1 an / Source: Observatoire du Moral Immobilier, Kantar TNS // Logic-Immo.com

Transférer cet article à un ami