Comment déterminer la valeur d’un fonds de commerce ? (deuxième partie) par Jacques Lumbroso


Par Gaëlle Fillion | le lundi 29 juin 2015 | Services pour évaluer
Comment déterminer la valeur d’un fonds de commerce ? (deuxième partie) par Jacques Lumbroso

Second volet de notre méthodologie d’évaluation du fonds de commerce. Après le calcul du droit au bail que nous avons détaillé dans notre précédent article, gros plan sur l’analyse de la valeur de l’exploitation, qui représente les valeurs de la clientèle, des agencements, du matériel, de l’enseigne et du personnel laissé en place.  

3 méthodes pour évaluer un fonds de commerce 

Première technique : la valeur du fonds peut être définie sur la base du chiffre d’affaires TTC calculé sur la moyenne des 2 ou 3 dernières années. Pour chaque type de commerces, il existe des barêmes comparatifs à récupérer auprès de l’administration fiscale ou dans le Vademecum de l’Expertise. Le fonds de commerce peut également être évalué au travers d’une seconde méthode, sur la base de l’actualisation des flux de bénéfices. Bien que ces deux approches existent toujours, elles ont été suplantées par une troisième méthode qui calcule la valeur du fonds au regard de son excedent brut d’exploitation (EBE).

Corriger l’EBE puis le capitaliser

L’Excedent Brut d’Exploitation est la ressource annuelle générée par l’entreprise. C’est cet EBE, corrigé puis capitalisé, qui fixe la valeur du fonds de commerce. Il est calculé sur la base du résultat d’exploitation du commerce – que l’on peut trouver dans le bilan – , de la dotation aux amortissements, qui correspond à une charge non décaissée s’ajoutant au résultat net. Seront également pris en compte la rémunération du gérant, une éventuelle variation importante de stocks et les frais de siège pour les commerces franchisés.

Prenons le cas d’un commerce caractérisé par le profil suivant :

  • Résultat d’exploitation :  46 895 €
  • Dotation aux amortissement :  20 979 €
  • Loyer annuel : 14 000 € HT et hors charges
  • Valeur locative annuelle : 23 000 €
  • Pas de rémunération du gérant
  • Pas de variation du stock ni de cotisation en franchise


On retiendra que si la somme de l’EBE et du loyer est inférieur à la valeur locative, le fonds ne peut être viable. A l’inverse, si le résultat est positif, il existe une incontestable valeur du fonds.

***

Une question pour Jacques Lumbroso, une remarque ?  Ecrivez-nous

Retrouvez l'intégralité de ce cycle méthodologique

Transférer cet article à un ami