Vers une nouvelle baisse des prix dans l'ancien ?


Par Aurélie Tachot | le jeudi 02 juin 2016 | Portails de petites annonces
Vers une nouvelle baisse des prix dans l'ancien ?

Comme souvent, les marchés immobiliers du neuf et de l’ancien ne suivent pas la même logique. Si dans le neuf, les prix continuent de baisser, dans l’ancien, les prix augmentent. Ces trois derniers mois ont toutefois été marqués par un net ralentissement de la hausse des prix, d’après la 21e édition du baromètre LPI-SeLoger, qui dévoile les tendances du mois d’avril.

Un volume de transactions en hausse de 6,7 %

En dépit de conditions de crédit exceptionnelles, le marché immobilier a été relativement décevant en avril. Ces trois derniers mois, le volume de transactions a augmenté de 6,7 %, contre 11,1 % un an plus tôt. Un ralentissement qui est dû aux inquiétudes qui ont affecté le moral des ménages fin février et qui continuent de provoquer de l’attentisme sur le marché. Ce ralentissement est toutefois relatif : à l’échelle de l’année (et non du trimestre), le volume de transactions a augmenté de 9,4 %.

L’Ile-de-France tourne au ralenti

Sans surprise, les disparités régionales restent fortes. En province, le marché immobilier semble résister. D’après le baromètre, le volume de ventes a progressé de 10,6 % en avril, contre 11,1 % il y a un an. Ce ralentissement est nettement plus marqué en Ile-de-France, où l’activité a reculé de 2,2 % au niveau trimestriel, après deux mois d’hésitations de la part des vendeurs et des acheteurs. Pour rappel, en avril 2015, le volume de transactions progressait de 11,2 %.

Des prix en repli de 1,8 % dans le neuf

Depuis le début de l’année, le marché du neuf est particulièrement dynamique, en partie grâce à l’élargissement du prêt à taux zéro, qui a permis à certains primo-accédants de concrétiser leur projet. Le recul des prix, amorcé en février, continue ainsi à se poursuivre. En avril, ces derniers ont diminué de 1,8 % au cours des trois derniers mois : – 2 % pour les appartements et – 1 % pour les maisons. Reste que sur l’année, les prix s’orientent plutôt vers la hausse : + 2,4 % sur l’ensemble du marché.

Dans l’ancien, les prix sursautent de 0,7 %

Les vendeurs feraient-ils preuve de modération ? Quoiqu’il en soit, la pression sur les prix s’allège dans l’ancien. Alors qu’à la même époque en 2015, les prix affichés bondissaient de 3 %, ils ont entamé une phase de stagnation ces trois derniers mois. Les prix signés ont, quant à eux, augmenté de 0,7 % ce dernier trimestre, contre 2 % il y a un an. En France, le prix au m2 signé est désormais de 3233 euros dans l’ancien : 2895 € pour les maisons et 3490 € pour les appartements.

Transférer cet article à un ami