Le portrait chinois d'Antoine Jouteau, Le Bon Coin


Par Aurélie Tachot | le jeudi 28 juillet 2016 | Portails de petites annonces
Le portrait chinois d'Antoine Jouteau, Le Bon Coin

Cet été, ImmoMatin a souhaité vous faire découvrir les personnalités de la sphère de l’immobilier sous un autre angle ! Directeur général du portail Le Bon Coin, Antoine Jouteau est le premier acteur à se prêter à l’exercice du portrait chinois. L’occasion, pour l’ancien responsable marketing de pagesjaunes.fr de partager ses convictions sur le mobile et d’avouer son amour pour Paris !   

Si vous étiez une application mobile ?

Celle du Bon Coin forcément ! Ou celle du Monde, la plus complète et la plus précise pour suivre l’actualité d’ici et d’ailleurs.

Un hashtag sur Twitter ?

#missionemploi. D’abord parce que l’emploi est la priorité de l’année du Bon Coin. Le site propose déjà plus de 300 000 offres d’emploi, que l’on peut consulter par poste ou type de contrat mais aussi par zone géographique grâce à la géolocalisation. Ensuite parce qu’en 2016, 100 nouveaux collaborateurs rejoindront Le Bon Coin. Nous devrions être 470 à la fin de l’année...

Une start-up ?

Moove Lab, qui travaille sur une application ludique et sportive s’appuyant sur les objets connectés. Elle participera au CES de Las Vegas, en janvier prochain. Des amis sont à l’origine de ce projet, j’ai l’impression de revivre mes débuts au sein du Bon Coin lorsque je leur parle !

Un web entrepreneur ?

Olivier Aizac, qui est le fondateur du Bon Coin. C’est un visionnaire… Il a su faire grandir le site tout en instaurant un esprit de start-up, qui perdure encore aujourd’hui alors que nous dénombrons plus de 400 collaborateurs !

Un lieu qui favorise l’innovation digitale ?

Paris, que j’affectionne beaucoup ! C’est la 2e ville d’Europe après Londres en nombre d’ingénieurs-développeurs. Des milliers de projets y naissent en ce moment. Certains sont particulièrement prometteurs…

Une disruption ?

Il y en a tellement depuis l’arrivée d’Internet ! S’il fallait n’en retenir qu’une seule, je dirai la bascule sur le mobile, qui pèse déjà 60 % de l’audience du Bon Coin. Cette disruption va nous faire découvrir de nouvelles manières de travailler, de nouvelles intermédiations.

Une tendance immobilière ?

Davantage de services ! Je suis impressionné par la capacité des agents immobiliers à se réinventer. Si Le Bon Coin peut les accompagner dans cette mutation, ce sera un partenariat gagnant-gagnant.

Un mot qui fait le buzz ?

« Pop up », qui est notre boutique éphémère dans le cadre de Grand Train, l’immense lieu de vie installé dans le 18e arrondissement de Paris. On y propose une sélection de meubles, d’objets, de jouets… On changera d’époque tous les mois, des années 40/50 à 60/70 puis, enfin, 90.

Transférer cet article à un ami