Ils ont testé… La diffusion d’annonces immobilières sur Twitter


Par Typhaine Morin | le lundi 05 novembre 2012 | Communiquer sur les réseaux sociaux
Ils ont testé… La diffusion d’annonces immobilières sur Twitter

Pierrick Blein, conseiller au sein d’une agence Century 21, s’est créé un compte Twitter il y a peu. Il y diffuse non seulement des annonces mais aussi des informations locales sur l’actualité immobilière. Son objectif ? Toucher une clientèle active et connectée.

« Nous utilisons différents vecteurs pour valoriser notre agence et Twitter en fait désormais partie », explique Pierrick Blein, conseiller au sein d'une agence Century 21. Grâce à cette plateforme de micro-blogging, ce conseiller immobilier de la région lyonnaise espère gagner en notoriété et répondre aux attentes d’une clientèle de plus en plus exigeante. « Nous constatons que nos clients sont demandeurs d’un maximum d’informations, tant sur les biens disponibles, à vendre ou à louer, que sur l’actualité de leur environnement comme les aménagements réalisés par les collectivités », précise-t-il. Si Pierrick Blein utilise Twitter dans son quotidien professionnel, il fait encore figure d’exception dans la filière immobilière. Sur les 900 agences Century 21 présentes en France, seule une centaine commence tout juste à se servir de la plateforme de micro-blogging avec le même objectif.

Élargir sa clientèle
Le principal avantage de Twitter, c’est sa rapidité, estime Pierrick Blein. « C’est un moyen de toucher les gens en quelques secondes et assez facilement ». Avec ce médium social, le conseiller immobilier compte bien élargir sa clientèle. Il espère notamment toucher les jeunes, les actifs et les primo-accédants à la propriété. Une clientèle réputée pour être à l’aise avec les médias sociaux et connectée à Internet. Pas question, pour autant, de se détourner des sites spécialisés dans l’immobilier qui restent « les outils les plus efficaces pour toucher de potentiels acquéreurs ». D’autant que Pierrick Blein sait qu’avec Twitter, il n’aura pas autant de retours qu’avec les sites traditionnels. « Il ne s’agit pas de marketing direct, estime-t-il. C’est plus une image, un service que nous essayons de mettre en place. » Twitter reste pour l’instant un outil marginal pour diffuser des annonces immobilières. Pour les conseillers qui l’utilisent, c’est aussi pour ne pas se faire dépasser par les habitudes web 2.0 de leurs clients.

Transférer cet article à un ami